Le jeu transcende la culture et est fondamental au développement de l’être humain. La gamification et le jeu sérieux émergent à la croisée des chemins de la génération du millénaire, de l’explosion du numérique et des stratégies d’engagement des entreprises. On ne fait que commencer à exploiter tout son potentiel transformateur pour les individus, pour notre société et pour nos organisations.

Le jeu: un aspect fondamental de l’être humain

Le jeu est un phénomène social qui traverse l’expérience humaine dans l’espace et dans le temps. D’une multitude de façons, tout le monde joue (la majorité des mammifères aussi d’ailleurs) parce que jouer procure du plaisir et parce qu’on l’associe généralement aux périodes de loisirs. Lorsqu’on se tourne vers le passé, on retrouve le jeu à tous les stades de l’évolution sociale et encore aujourd’hui, dans plusieurs sphères de l’existence humaine.

À travers une étude importante sur des criminels ayant commis des meurtres de masse aux États-Unis, Stuart Brown, Dr. en psychiatrie à l’Université Stanford, a découvert que l’absence du jeu dans leur développement individuel les avait laissés vulnérables à ce type de comportement. Le jeu est un artéfact pré-culturel qui remplit une fonction essentielle dans le développement de l’individu et de sa relation avec son environnement. Au-delà de sa fonction individuelle, le jeu trouve maintenant sa place au sein de nos entreprises.

Nouvelle société, nouvelles formes d’interactions

Depuis 2010, la gamification et le jeu sérieux sont rapidement devenus des pratiques répandues dans le monde des affaires, surtout en Amérique du Nord, en Europe et Asie. De nombreuses grandes entreprises innovantes comme Google, Microsoft, Samsung, Honda, Marriott, American Express, Philips et Disney l’ont déjà intégrée à leurs processus. Avec tout le talent créatif que possède Montréal dans le domaine du jeu vidéo, ce n’est qu’une question de temps avant que la gamification et le jeu sérieux soient adoptés encore plus largement.

Plusieurs raisons expliquent l’émergence et l’expansion de cette nouvelle tendance. Premièrement, la génération Y, dont la naissance coïncide avec l’arrivée de l’ordinateur personnel, a déjà intégré massivement le marché du travail et elle gravit rapidement les échelons des organisations. Cette génération, c’est celle de Napster, de Google et de Facebook. Deuxièmement, plusieurs études ont démontré que seulement un employé sur trois se sentait engagé au travail, ce qui affecte leur rendement et leur qualité de vie. Dans les dernières années, des solutions ludiques ont été mises en place dans de nombreuses entreprises et ont généré des résultats impressionnants. Finalement, la gamification et le jeu sérieux se distinguent du bruit informationnel incessant par lequel nous sommes bombardé par les médias à tous les jours par le fait qu’ils font interagir l’utilisateur. La relation entre le média et l’utilisateur n’est donc plus unidirectionnelle – elle devient une conversation engageante et immersive. Le jeu permet aux entreprises de mieux engager leur public cible avec leur marque, leur contenu, leurs produits et leurs services.

Des pratiques fondées sur la science

Encore beaucoup de gens pense qu’il n’y a rien de sérieux au jeu, alors que c’est tout à fait le contraire. Bien qu’en apparence on peut n’y voir que du divertissement, tous les jeux peuvent nous apprendre quelque chose. En fait, il y a une science derrière le jeu et c’est aussi vrai pour la gamification et le jeu sérieux. «La gamification et le jeu sérieux combinent des connaissances en psychologie comportementale et en design de jeu pour encourager, modifier ou renforcer les comportements, pour engager les utilisateurs, motiver l’action, résoudre des problèmes ou encore pour faciliter l’apprentissage.» explique Ludovic E. Frenette.

En organisation, l’utilisation de la gamification et du jeu sérieux permet de résoudre des enjeux liés à la créativité, à l’innovation et à la motivation. Elle permet de mettre les utilisateurs au centre de la réflexion stratégique et de les engager différemment. Ces pratiques challengent la perspective que l’utilisateur doit s’adapter aux outils qui sont déjà en place. Au contraire, ce sont les outils qui doivent être conçus en fonction des utilisateurs. Et cela requiert qu’on change notre façon de réfléchir à nos enjeux. À l’ère du numérique, il devient primordial pour les organisations de repenser leurs stratégies d’engagement. Il en dépend leur capacité collective à innover, à se démarquer et à changer.

« Gamification et jeu sérieux: Le jeu au-delà du divertissement », c’est le thème de la formation qui sera dispensée à Communautique les 15 novembre 2016 et 1er mars 2017.

Lien : http://www.communautique.quebec/produit/gamification-et-jeu-serieux/