Mais pourquoi je déteste le consensus?

/, Éducation, Formation numérique/Mais pourquoi je déteste le consensus?

Mais pourquoi je déteste le consensus?

AAMAAQDGAAoAAQAAAAAAABA AAAAJDk1ZmU2ZjY0LWVjZDgtNGU4MC05ZTdlLTQwODNjNmE0MGMwNg 300x161 - Mais pourquoi je déteste le consensus?Fruit de la collaboration entre TechnoCompétences et Communautique et en partenariat avec le CRIM, Marie-Andrée Roger vous propose la formation « Le développeur et le besoin d’affaires ». Ce cours a pour but de sensibiliser le développeur au besoin d’affaires afin qu’il soit conscient de son importance et de son impact sur le développement des projets. Le programmeur pourra comprendre l’origine d’une demande et sera en mesure de déterminer si les fonctionnalités qu’il programme sont susceptibles d’être avantageuses pour les utilisateurs. Marie-Andrée vous en dit davantage sur les enjeux d’une telle formation.

Bon, je dois vous avouer que j’adore la différence. C’est plus fort que moi. J’adore les gens différents, les divergences d’idées, les expériences peu communes et les gens qui ne sont pas en accord. Je sais, je sais, ici au Québec, c’est perçu comme impoli. C’est même un des 7 points importants du livre Le Code Québec, que mon mentor me dit de lire depuis des mois et que je n’ai pas encore fait… (Désolée, François Caron!) Mais bon, dans un contexte d’innovation technologique, cet aspect de notre culture québécoise aurait peut-être avantage à être revisité. Directement du livre : « Le défi au Québec est d’aller au-delà des consensus qui s’établissent trop rapidement. Au Québec, on n’aime pas la chicane. Après quelques minutes, tout le monde est d’accord et la discussion se termine. » Mais pourquoi cherchons-nous tant le consensus? Et qu’est-ce que ça crée dans nos équipes, dans les décisions de groupe et dans notre relation avec nos clients? Est-ce qu’on devrait même avoir des réunions de groupe qui tournent autour de la prise de décision et… par force des choses, de la recherche du consensus?

Engagement vs consensus dans une équipe d’innovation Mais pourquoi je parle soudainement de l’engagement? En quoi est-ce relié au consensus? Et bien pour moi, c’est primordial. On devrait mettre l’accent sur l’engagement et non sur le consensus. Travailler dans une équipe d’innovation est difficile, ardu et parfois tout simplement épuisant émotionnellement. En général, les gens réagissent assez mal au fait que l’on pose des questions qui n’ont pas de réponses. Pas de réponses claires ou bien tranchées. Chaque idée est reprise, rediscutée, réévaluée. À. Chaque. Rencontre. On tente de construire un accord général pour chaque mouvement que l’équipe va effectuer, sur un plan de travail de plusieurs mois, voire plusieurs années. Nous démocratisons, évitons les conflits et essayons de créer une harmonie avec nos coéquipiers et clients en essayant de donner à chacun une « voix égale ». En bref, on essaie de trouver le consensus à tout prix. Mais, est-ce que ça nous fait passer à côté de la création de valeur, de la vraie raison pour laquelle on fait le projet en innovation?

Le consensus ralentit une équipe, crée des opinions non dites, nourrit la mauvaise volonté et finit par engendrer la division. Résultat : nous passons des heures et des heures à l’intérieur de nos salles de réunions à essayer de dégager un consensus, ce qui nous éloigne de l’aspect le plus important du travail d’innovation – être sur le terrain, à l’extérieur des salles de réunions et faire de l’apprentissage validé et de la co-construction avec nos clients.

Rappelez-vous, si vous n’avez pas de données, vous n’avez que de l’espoir. En l’absence d’une livraison de produit ou service, aussi minimale qu’elle soit, la valeur ajoutée pour le client demeure une hypothèse obscure. En gros, tout cela devrait être évité pour mettre l’accent sur l’engagement de vos équipes et de vos clients, plutôt que sur le consensus :

  • Obtenir l’adhésion sur ce que vous devez faire pour le prochain pas (pas le roadmap en entier !);
  • Prendre des décisions rapidement; Aller de l’avant sans douter et toujours se remettre en question;
  • Définir clairement les priorités et les objectifs;
  • Apprendre comment commencer petit (i.e. faire un Minimium Viable product) et vous engager pour savoir ce que vous devez apprendre ensuite, comment vous allez l’apprendre, et qui sera responsable de ce qui est essentiel pour être une équipe d’innovation efficace.

Voilà comment les équipes en innovation performantes opèrent. Par itérations, en explorant! Comme Edison a si bien dit: “When you have exhausted all possibilities, remember this: you haven’t.” Qui sait ce que sera le bout du chemin. Nous avons besoin du courage de prendre des risques et de valoriser l’échec. Si le développement piloté par la valeur (Evidence-based management) et la méthodologie Lean Startup vous intéresse; si vous cherchez à mieux comprendre notre monde complexe et difficile à prévoir, à planifier et à prioriser; si vous cherchez à mettre en place des équipes de développement qui comprennent bien le contexte d’affaires dans lequel ils évoluent, TechnoCompétences a une formation qui pourrait vous intéresser.

Plus d’informations : « Le Développeur et le besoin d’affaires »

Alors, quelles sont vos façons de faire pour recruter les meilleurs talents et créer les meilleures équipes? Très intéressée de connaitre vos tactiques. Et n’hésitez pas à me demander les nôtres!

2018-03-06T06:21:09+00:00