Actualités

/, Inclusion numérique, Stages Jeunes/Témoignages recueillis dans les points d’accès du Québec

Témoignages recueillis dans les points d’accès du Québec

Témoignages de participantes et participants au projet

« Merci à Communautique pour m’avoir initié à Internet et à la navigation. Cela me permet de faciliter ma recherche d’employeurs et pourra être utile même une fois à l’emploi. C’est un outil de plus pour sortir du chômage et de l’exclusion ! »

Un participant du quartier Saint-Jean Baptiste, Québec

« Bonjour Hélène,

Je tiens à te remercier pour la patience que tu as de m’enseigner, de répéter, de me reprendre quand je ne me souviens plus de rien, merci pour le beau sourire, merci pour l’énergie que tu dégages. Je pensais que cela aurait été facile, mais je me suis trompée. Je trouve ça très difficile, il y a tellement de choses à retenir que je pensais ne pas réussir, je trouvais que c’était long avant de comprendre, mais cette semaine j’ai trouvé que ce que tu m’avais appris ça me revenait en mémoire, donc j’ai pris des notes. J’en ai pris trois feuilles, après chaque page il y avait quelque chose de nouveau que je me souvenais. Hier et aujourd’hui à la bibliothèque ça a bien été, ça va mieux. J’avais peur de laisser tomber, mais je dois continuer car ma petite famille en Autriche me manque beaucoup. Je veux communiquer par Internet, j’ai bien hâte de naviguer, pour mon dernier 3 heures de cours ce sera cela que je ferai.

Mes connaissances ne veulent rien savoir de l’Internet, je suis la seule qui aime ça. Je conseille à tout le monde de l’Age d’Or au moins de prendre un cours, avec un bon professeur comme toi ils peuvent réussir. Tant qu’à moi ça prendra plus d’heures pour envoyer des messages et de naviguer car moi je n’ai pas d’ordinateur et j’ai 68 ans. Il n’y a pas d’âge pour apprendre, après je vais prendre un cours de français a l’éducation des adultes.

Je vous remercie à vous tous car ça prend une équipe pour réussir tout ça. »

Une participante de Montréal

« L’activité n’est pas loin de chez moi. Elle me permet de fréquenter d’avantage l’organisme communautaire et de connaître d’autres activités. L’animatrice a bien suivi mes besoins. Merci ! »

Un participant d’Hochelaga-Maisonneuve, Montréal

« Je ne savais rien de l’ordinateur. Le projet Communautique m’a apporté une joie et un réveil pour communiquer avec mes deux enfants, 1 à Montréal, l’autre à Saint-Hyacinthe, 4 petits enfants, 3 à Montréal, l’autre à Rimouski (le Bic). De plus sur cela j’en ai 2 qui sont mal entendant (mon fils et ma bru). Par Internet c’est le bonheur parfait. Va pour le courriel!

Maintenant j’ajoute que je fais des recherches pour mon besoin personnel (zona, dégénérescence de la macula) mes 2 problèmes et souvent pour rendre service à quelqu’un. C’est une belle et intéressante distraction. Si on l’enlève, pour moi ce sera la fin, je serai obligée d’abandonner. »

Une participante de 83 ans

« Le projet Communautique m’a permis de démystifier Internet et le courriel, tout en me donnant les outils pour bien fonctionner avec une certaine autonomie. Cela me fait comprendre que c’est pas mal moins compliqué de naviguer et envoyer un courriel que je le pensais. »

Un participant d’Amos

« Notre formateur est un formateur et aussi une personne ressource pour les gens qu’il rencontre, ses connaissances et sa capacité de communiquer font de lui un plus à notre centre communautaire. Daniel a beaucoup aidé de participants à se trouver de l’emploi. »

Anonyme

« Je suis très heureuse d’avoir suivi des cours à Communautique au patro. Cela m’a permis de faire ma correspondance avec mes enfants, jusqu’à la Barbade et en plus pour ma généalogie. Et j’espère avoir des cours sur le Word, pour écrire j’ai trois livres écrits à la main que je veux mettre sur disquette. J’ai commencé en juillet mes cours avec de bons profs je suis très encouragée je me suis acheté un ordi en octobre »

Une participante de Québec

« (…) J’étais vraiment craintive de commencer des cours. Je dois avouer bien candidement que je ne pouvais même pas ouvrir un ordinateur.

(…) Je suis persuadée que l’avantage que nous avons de recevoir des cours individuellement nous aide à progresser beaucoup plus rapidement.

J’ai suivi Internet et Word. J’envoie maintenant des courriels, des cartes de souhaits, je peux transférer des textes à un autre internaute, je fais des recherches en généalogie. Dans le moment, je suis à créer un dossier des recettes préférées de mon fils, je lis mes journaux quotidiens, je n’oublie pas les mots croisés. Cette semaine, j’ai reçu un courriel de l’Association des professeurs retraités pour débuter une chaîne téléphonique. Nous invitons les membres à participer à nos différentes activités.

(…) Mon fils me disait dernièrement : « Mom, je ne croyais jamais te voir un jour assise devant un ordinateur. »

Une participante de Montréal

Je remercie les initiateurs du projet Inforoute et particulièrement celle qui fut ma formatrice pour l’enseignement des rudiments de la nouvelle technologie. Ça vraiment répondu à mes besoins. La formation individuelle et les courtes périodes sont deux facteurs fort appréciables pour des personnes d’un certain âge. Les délais entre les rencontres nous permettaient d’intégrer la matière et de mieux maîtriser les opérations.

Somme toute, je suis très satisfaite et je peux maintenant continuer à œuvrer dans le bénévolat avec cet outil merveilleux qu’est l’ordinateur moderne. C’est un plus pour moi mais aussi pour les organismes à but non lucratif qui comptent sur mes services de secrétariat.

Bonne chance et longue vie au programme.

Une participante de Hull

Témoignages d’animatrices et animateurs de points d’accès

J’ai eu mon premier contact avec l’informatique à la pré-adolescence. J’ai vite développé des talents. Puisque l’environnement au secteur des jeunes était trop hostile, j’ai abandonné mes études, avant d’avoir obtenu mon secondaire cinq. J’ai tout de même réussi à avoir mon diplôme d’études secondaires aidée par le RESO. Mon attachement face au RESO est grand car il ma aussi aidé dans mon premier emploi à temps partiel et c’est toujours grâce au RESO si j’ai eu ce deuxième emploi qui me permet enfin de vivre confortablement. Ce travail n’est pas parfait mais c’est juste pour dire que la perfection n’est pas de ce monde, c’est très exigeant. Je suis de nature timide donc ce travail ne manque pas de défis à relever. Il m’a beaucoup apporté au point de vue du développement personnel. Malgré que j’ai grandi dans les quartiers du Sud-Ouest je ne connaissais pas son histoire. Le travail d’animatrice populaire m’a permis de mieux connaître cette région où j’ai vécu, de connaître les gens qui l’habitent, leurs histoires et celle des différents organismes d’aide et de soutien, donc de connaître l’histoire du Sud-Ouest. Cependant, le plus important est que j’ai un travail qui me permet de transmettre ma passion de l’informatique.

Animatrice populaire, Sud-ouest de Montréal

À l’emploi du projet Communautique depuis mars 2000, j’ai été animateur. Avec près de 800 participants j’ai appris à partager mes connaissances en informatique. Mes études en informatique ont fait de moi un récepteur d’information alors que mon emploi a fait de moi un transmetteur d’information. Ceci est une bonne chose qui me laisse enfin un espace pour recevoir encore d’autres notions d’informatique. Aussi cela me prouve que j’ai le talent et le désir de continuer mon cheminement. Ce poste est bien plus qu’un poste d’animateur.

Depuis deux ans j’ai acquis de l’expérience en formation, en diagnostic, en matière de réseaux, en consultation. Mon emploi actuel au Monastère me permet de travailler avec les gens du quartier Plateau Mont-Royal, aussi c’est avec joie que je participe au fonctionnement des organismes localisés au Centre de services communautaire du Monastère : le projet Changement, le Comité logement du Plateau Mont-Royal, la Maison de la poésie.

J’ai acquis des aptitudes pour travailler avec des clientèles diverses. J’ai de l’expérience avec les réseaux dans les centres communautaires, mes participants et les intervenants apprécient mon sens de l’humour et mes capacités de communication.

Animateur populaire, Centre-sud/ Plateau Mont-Royal

Le projet m’a permis de reprendre contact avec le marché du travail après une longue absence pour raisons de santé. J’ai trouvé au sein des groupes communautaires un milieu de vie et de travail à visage humain, où j’ai toujours été valorisée. Quant au travail d’animation comme tel, il permet d’acquérir des connaissances techniques très utiles et laisse beaucoup de place à la créativité. On sent qu’on apporte beaucoup à la vie des gens du quartier et de la communauté: un nouveau loisir, de nouvelles motivations, des compétences de plus à ajouter à leur CV… et nos participants nous le rendent bien!

Animatrice populaire, Sud-ouest de Montréal

J’ai parcouru un bon de chemin. Au début du projet j’étais encore néophyte avec cette technologie. J’avais autant de connaissances que certains de mes participants. Mon perfectionnement s’est amélioré avec les questions des participants et les formations données par Communautique qui m’ont aidé à être une animatrice plus compétente et adéquate. Je peux dire que je profite de ce projet autant que les personnes qui s’y présentent. La plus simple de leurs questions est pour moi un défi. Leur transmettre mes connaissances de sorte qu’ils puissent être autonomes après quelques sessions de navigation sur Internet. Défi de trouver une réponse ou une solution à leur problème, de trouver une manière simple et imagée pour rendre plus accessible cet outil de communication et le vocabulaire encore trop complexe pour eux. C’est une bonne occasion pour moi de faire valoir plusieurs de mes qualités comme mon sens de débrouillardise, mon imagination et ma patience.

Animatrice populaire, Rosemont/ Petite-Patrie

Le projet sur lequel je travaille me permet d’approfondir mes connaissances. J’ai une formation en Production Multimédia. C’est mon premier emploi dans mon domaine d’études. Je fais de la création de page Web pour nos organismes partenaires. Alors je pratique ce que j’ai appris tout en apprenant avec mes collègues de travail. J’adore transmettre mes connaissances aux personnes qui suivent les formations d’initiation aux nouvelles technologies. J’ai appris à travailler avec des personnes ayant des problèmes de toxicomanie, alcoolisme, déficience intellectuelle et aussi avec des personne âgées. Ce projet me permet d’avoir une excellente expérience de travail reliée à mon domaine d’études. Avant de pratiquer mon métier j’avais toujours une incertitude, si j’aime ça, si je vais être bonne, etc. Je sais maintenant que j’adore le travail. Je suis certaine de moi, je fais un travail efficace avec une très grande confiance en moi.

Animatrice populaire, Rimouski

Cette expérience s’avère réellement une belle occasion de découvrir le monde de la nouvelle technologie de l’information et de vivre des échanges riches et humains. Pour mon poste d’animatrice communautaire, l’animation est aussi importante que l’initiation des gens à l’Internet. Cette ressource peut permettre de sortir les gens de leur isolement et par sa qualité d’approche quasi individuelle offre une qualité qu’aucun cours ne peut égaler en matière de ressources informatiques. Un autre avantage, c’est que le projet permet de faire connaître aux gens du quartier les ressources communautaires déjà existantes. En traitant les gens à leur niveau et à leur rythme d’apprentissage, le projet offre une ressource plus que valorisante, elle se veut aussi rassurante vis-à-vis l’informatique et l’Internet.

Mon rôle d’animatrice m’a permis de faire de belles rencontres et je peux dire que je vis une très belle expérience d’échange avec les participants depuis le début du projet. Le fait de donner un cours à quelques personnes à la fois, favorise un échange très proche de leur réalité. J’ai réalisé aussi que la curiosité n’a pas d’âge. J’ai rencontré des dames de 83 ans et 86 ans très à l’aise vis-à-vis l’ordinateur. D’autres personnes âgées dont c’était leur première expérience reviennent et persévèrent et s’améliorent incroyablement, C’est cette persévérance et ces échanges souvent très riches qui m’ont le plus impressionnée. Il n’y a donc pas d’âge pour apprendre!

Animatrice populaire, Rosemont/ Petite-Patrie

Le projet est un excellent outil pour aider les animatrices et les animateurs à se sortir du cercle vicieux de la pauvreté engendrée par l’aide sociale. Un autre aspect hautement motivant: les gens qui s’inscrivent aux ateliers sont là « parce qu’ils le veulent » et « parce qu’ils veulent apprendre ». Cela rend les ateliers très dynamiques. Et super intéressants pour tout le monde. Pour terminer, les animatrices et les animateurs auront toujours la satisfaction de voir « leurs » participants réussir à utiliser l’informatique pour s’épanouir. Et cela seul justifie tout le programme.

Animateur populaire, Trois-Rivières

J’ai toujours aimé travailler avec le public. Ce fut donc une grande chance pour moi de devenir animateur pour le projet de Communautique. De pouvoir travailler dans le domaine communautaire, un monde que je ne connaissais pas du tout, m’a fait ouvrir les yeux face à un grand besoin de soutien pour beaucoup de citoyens et citoyennes. Mais, j’ai découvert par la même occasion des personnes, travailleurs et bénévoles, passionnées qui font de grandes choses pour donner un coup de pouce aux plus démunis. Je suis heureux de pouvoir mettre la main à la pâte dans cette grande mission qui est d’aider. Je ne me considère pas seulement comme un professeur d’informatique qui donne la matière, qui répond aux questions et qui donne des exercices, la mission du projet de Communautique est, selon moi, plus grande que cela. En fait, ce n’est pas pour rien que notre titre est animateur et non pas professeur. Nous sommes là pour enseigner, bien sûr, mais aussi pour être à l’écoute, redonner confiance, pour donner de l’importance à toutes les questions qui nous sont posées et, surtout, pour faire comprendre aux participants que le monde de l’informatique n’est pas si monstrueux que ça. Le contexte des cours (deux participants pour un animateur) aide beaucoup à être près des gens, à les comprendre et crée une atmosphère de confiance.

Pour pouvoir enseigner Word et Internet, il fallu que j’apprenne au moins les bases de ce monde qu’est l’informatique. Puis au fil des ateliers, j’ai acquis de plus en plus de connaissances grâce à l’intérêt des participants. Les rencontres que l’on fait pendant les ateliers sont toujours très enrichissantes. Que ce soit une mère mono-parentale, un immigré, un travailleur ou une personne âgée, ils ont tous un grand bagage à partager et leur envie d’apprendre me pousse à me surpasser à chaque atelier. J’apprends autant avec eux qu’ils en apprennent avec moi grâce à leurs questions souvent inattendues mais toujours utiles. Je considère que je réussis un atelier lorsque je vois qu’ils veulent en savoir plus, qu’ils désirent revenir. Leur donner le goût d’apprendre et de comprendre me donne une grande satisfaction. Finalement, grâce à ce travail, je peux me perfectionner dans le domaine de l’informatique, un monde que je ne maîtrisais pas il y a quelques mois et j’aide une multitude de personnes à comprendre, à leur redonner confiance. Le plus important pour moi, c’est que je leur fais découvrir un monde très vaste qu’est l’informatique et l’Internet mais qui, malgré tout, reste simple d’utilisation.

Animateur populaire, Rosemont/ Petite-Patrie

Avant le projet je n’avais absolument rien devant moi. J’ai été pendant 4 ans un entrepreneur en sérigraphie, et les affaires n’étant pas à leur meilleur j’ai décidé de tout fermer cela pour éviter de gros problèmes. Donc je me retrouve sans emploi, sans chômage et sans assurance sociale…. bref un « foutu sans chèque »… une plaie de la société quand tu veux accéder à un projet gouvernemental. Je découvre donc l’offre d’emploi……miracle….enfin la chance d’offrir certaines de mes connaissances à d’autres qui ne les ont pas et surtout qui n’ont pas les ressources. Je voyais un vieux rêve d’enseignement devenir réel (sans trop exagérer quand même). Pour ce que le projet pourrait m’apporter de plus (personnellement j’entends)….. Rien pantoute… à part peut être une poursuite de ce projet pour les prochaines années!!! Et les motivations que j’ai de poursuivre sont toujours les mêmes qui m’ont fait adhérer à ce projet : j’ai toujours cru au projet pour sa mission et cela n’a jamais cessé.

Animateur Populaire, Trois-Rivières

En tant qu’animateur dans ce projet, le défi n’est pas tant de connaître, mais d’arriver à bien transmettre ses connaissances. De ce fait, cela nécessite certains apprentissages car vulgariser, c’est en quelque sorte réussir à se placer dans la peau du participant. Avant de transmettre ses connaissances, il faut bien sûr les acquérir et les maîtriser suffisamment pour que la transmission puisse se faire. Ainsi, j’ai moi-même appris beaucoup au niveau de l’Internet et de l’informatique en général. Enfin, pour que l’enseignement soit le plus agréable possible, il est avantageux de créer une ambiance propice à l’apprentissage, une relation chaleureuse avec le participant. Pour que le message puisse passer, il est nécessaire de s’intéresser à son récepteur et de s’adapter à lui. Aimer rencontrer les gens est primordial.

Animateur populaire, Rosemont/ Petite-Patrie

Ce qui me stimule le plus dans ce que je fais, c’est que je peux mettre en pratique mes connaissances informatiques et de les partager avec d’autres, en particulier avec des personnes âgées puisqu’elles représentent plus de 80 % de ma clientèle. J’arrive à stimuler leurs intérêts pour que les gens poursuivent leur utilisation de l’ordinateur, soit pour la navigation sur Internet, soit pour l’utilisation du courrier électronique ou bien pour d’autres logiciels. Lorsque j’ai des participants qui viennent me rendre visite ou qui m’envoient des courriels pour me dire qu’ils ont acheté un ordinateur ou bien qu’ils arrivent à télécharger tel ou tel programme, à décompresser des fichiers, etc. je sens que j’ai atteint mon but. Lorsque je termine un atelier et que les gens sont très satisfaits, je sais que mon objectif est réussi.

Grâce à ce projet, j’ai fini par sortir du chômage et de l’aide sociale, brisant ainsi l’isolement dans lequel j’étais en train de m’enfoncer puisque j’essuyais que des refus dans ma recherche d’emploi. Ce qu’il y a de dommage dans ce type de programme c’est qu’il y a une fin. J’ai bon espoir que ce programme va m’aider à trouver un autre emploi à la fin de mon contrat.

Animatrice populaire, Hochelaga-Maisonneuve /Mercier

Du côté humain, le travail dans le milieu communautaire m’a permis de m’ouvrir les yeux sur les réalités que vit une clientèle souvent moins choyée que moi. Il m’a également permis de réaliser que les nouvelles techniques de communication, qui font partie intégrale de mon quotidien, peuvent causer d’énormes problèmes à plus de gens que j’aurais pu le croire. D’une façon plus professionnelle, l’emploi d’animatrice pour le projet offre également plusieurs atouts intéressants. Premièrement, il me permet d’appliquer les choses que j’ai déjà apprises et à me tenir à date sur les nouveautés informatiques. Ensuite, il m’a permis de recevoir de la part de Communautique une formation solide qui me servira toute ma vie, autant au niveau du perfectionnement en informatique qu’au niveau relations humaines avec les clients. Il me permet également de me dépasser toujours un peu plus, question de pouvoir répondre adéquatement à mes participants, toujours avides de savoir. Cet emploi favorise également beaucoup ma confiance en moi et me permet de trouver des qualités que je ne savais même pas avoir (en outre la patience!!!). Enfin, avec les cours à préparer, les horaires à planifier, les rendez-vous à gérer… on peut dire que mes fonctions me permettent d’améliorer toujours plus mon sens de l’organisation!!! En plus de me permettre d’acquérir toutes ces compétences, cette expérience m’ouvre toute grande une porte sur divers organismes et me fait connaître auprès d’un tas de personnes qui pourraient être pour moi d’éventuels contacts vers de futurs emplois.

Animatrice populaire, Gatineau (Hull)

Tout d’abord ce projet a comme impact de me créer un emploi au sein d’une organisation qui poursuit des objectifs qui me rejoignent. De plus cet emploi m’a permis de réaliser un de mes rêves, revenir m’installer dans ma région où il y a tant à faire. Il est indéniable que le projet inforoute représente pour moi une nouvelle vision du développement communautaire basée sur une interopérabilité du concept d’exclusion en nouvelles technologie. L’impact de ce projet sur ma vision du développement communautaire me permet de mieux comprendre les enjeux futurs en ce qui a trait à la problématique contemporaine des technologies de l’information, c’est à dire: offrir un accès démocratique et équitable à tous sans égards aux conditions sociales et économiques. En ce qui concerne les capacités et aptitudes que j’ai développées dans ce projet, elles seront mises à profit dans tout emploi qu’il me sera donné d’effectuer dans l’avenir. Cette expérience est significative et enrichissante, on peut de loin la considérer comme étant déterminante pour mes projets futurs. En ce qui concerne les capacités et aptitudes que j’ai développées dans ce projet, elles seront mises à profit dans tout emploi qu’il me sera donné d’effectuer dans l’avenir et pour la récurrence de mon emploi chez ATENA.

Animateur populaire, Rimouski

Le salaire est bon, ce qui est motivant. Il permet de se sortir de l’aide sociale. Le seul problème c’est que ça ne dure que 12 mois. Le beau côté de ce projet c’est de voir que les gens qui viennent à nos ateliers sont motivés, qu’ils apprécient d’apprendre avec nous, qu’ils se sentent à l’aise car nous avançons selon leurs besoins, qu’ils reviennent pour un prochain atelier avec entrain. Il se crée une certaine chimie entre le participant et l’animateur. Les participants apprécient de ne pas se sentir à l’école ce qui rend notre tâche plus facile. Le fait d’avancer à leur rythme ça leur permet d’assimiler plus facilement ce que on leur explique. Ce projet a permis à beaucoup de participants de se familiariser à l’informatique alors qu’en temps ordinaire, dû à des coûts, ils n’auraient pas pu le faire.

Moi, ça m’a donné la chance de vivre une très bonne expérience. Ça m’a permis de voir que j’avais une bonne capacité à donner ce service. Ça m’a permis de faire la rencontre de gens supers. Ça m’a donné la chance de faire un travail dans un domaine que j’aime. Et, malgré mes bonnes connaissances de l’informatique, ça m’a quand même permis d’en apprendre encore plus. Car il y a une bonne échange de connaissances. Et apprendre d’avantage c’est toujours agréable.

Animatrice populaire, Amos

Cet emploi est vraiment merveilleux car il permet de rencontrer des gens et de partager nos connaissances sur un sujet des plus intéressant, soit l’informatique et les technologies de l’information. En plus, le salaire permet d’être à l’aise financièrement. Le seul ennui est que la durée est trop courte. J’ai adoré mon expérience. J’ai appris à utiliser des logiciels que je ne connaissais pas. La fonction d’animateur m’a donné davantage confiance en moi. J’espère appliquer cette expérience ailleurs sur le marché du travail.

Il est très enrichissant de fréquenter les points d’accès. Dans l’un d’eux, j’ai eu la chance d’évoluer dans un organisme qui à mon sens est un modèle de gestion participative. J’y ai beaucoup apprécié l’atmosphère de travail et la cordialité des relations interpersonnelles. À l’autre point d’accès, il règne un climat d’entraide et d’amitié dans un contexte multiethnique. J’ai beaucoup apprécié travailler à ce centre et j’ai pu y pratiquer mon anglais.

J’espère me trouver dans l’avenir un emploi aussi enrichissant.

Animateur populaire, Sud-ouest de Montréal

Dans ce projet j’ai eu l’opportunité d’aider les gens à comprendre et à atténuer leur peur face à l’informatique, ce qui m’a rendu fier de moi. De plus, depuis un certain temps, certaines personnes me disaient qu’ils me voyaient dans l’enseignement, avec ce projet cela m’a permis d’aimer cet aspect de l’animation. Le contact avec les gens est extraordinaire, et nous rencontrons beaucoup de gens différents dans leur approche de la vie.

L’animation nous permet d’exercer notre patience, notre compassion et notre flexibilité, car chaque animation peut être différente dépendamment de la clientèle rencontrée. Aussi, cela m’a permis de redevenir confiant en moi, après une longue période de non-emploi.

Animateur populaire, Québec

Le projet Inforoute m’a beaucoup apporté. En effet, j’ai pu y acquérir davantage de connaissances ainsi qu’une expérience concrète dans le domaine de l’informatique, ce qui est un atout supplémentaire à l’ensemble de mon bagage d’expérience de travail. Le projet m’a permis de mieux connaître le milieu communautaire de ma région et d’intervenir auprès de diverses clientèles. J’ai eu à intervenir auprès de personnes de tous les âges et de plusieurs origines différentes (Afghanistan, Chili, Pérou, Haïti, etc.) J’ai pu confirmer, par ce travail, mon intérêt pour les relations humaines et ainsi conforter mon désir de poursuivre dans ce secteur . C’est aussi très valorisant de savoir qu’on peut réellement apporter de nouvelles connaissances et de petits succès à des gens qui en ont grandement besoin.

Pour les participants, le projet répond vraiment à un besoin, pour ne pas dire à plusieurs besoins. Entre autres, il permet aux gens les moins fortunés d’avoir accès à des cours leur permettant de se mettre à jour au niveau des nouvelles technologies. Aussi, lorsque j’ai été en contact avec des personnes du troisième âge, je me suis vite rendu compte qu’ils ont la volonté de pouvoir suivre et comprendre leurs enfants et petits-enfants dans cette avancée technologique. Quant aux personnes immigrantes, ces animations sont un moyen de s’approprier des moyens de communication plus efficaces et moins coûteux pour communiquer avec leurs familles et leurs amis qui sont toujours dans leur pays d’origine. De plus, cela permet aux personnes en recherche d’emploi de faire une mise à niveau essentielle pour mieux réintégrer le marché du travail.

Finalement, le projet a toute sa raison d’être et devrait être maintenu afin d’éviter que les gens soient dépourvus devant le développement rapide des nouvelles technologies.

Animatrice populaire, Longueuil

En ce qui me concerne, ce projet m’a effectivement permis de sortir du cercle vicieux de la pauvreté, Il m’a permis d’acquérir les compétences et l’expérience nécessaires pour donner des cours en informatique. Je fais toujours un travail que j’aime avec une équipe que j’aime. Je suis certaine que cette expérience et que cette formation est désirable pour de futurs employeurs puisqu’on m’a récemment offert un emploi de formatrice à temps partiel dans un institut d’informatique. Mais je l’ai refusé car ATENA, mon employeur actuel, m’a dit qu’il désirait me garder même après la fin du projet.

Animatrice populaire, Rimouski

Le fait de travailler dans le domaine de l’informatique pendant un an nous apporte de l’expérience (et quelle expérience !), ce qui n’est pas négligeable lorsque le projet sera terminé et qu’il faudra se trouver un nouvel emploi. Avec le nombre de personnes qui prennent des cours avec nous, beaucoup de questions nous sont posées, des questions qui, quelquefois, nous poussent à approfondir nos connaissances dans un domaine en pleine expansion.

Les trois semaines de formation à Montréal nous ont fait connaître différentes façons de transmettre notre savoir, en plus de nous montrer plusieurs trucs et astuces que l’on ne connaissait pas.

De plus, le fait de travailler avec le public et de voir défiler continuellement de nouveaux visages nous fait obligatoirement sortir de notre isolement, de nous dégêner, ce qui est excellent du point de vue social.

Animateur populaire, Amos

Grâce à cet emploi j’ai appris à travailler de façon plus relaxe, je me suis développé des talents de communicateur et d’enseignant cas sur cas, j’ai appris à faire de l’acrobatie entre mon horaire et les exigences des participants, j’ai appris à me sentir à l’aise avec mes décisions et à me faire confiance, je me suis intégré facilement dans les centres communautaires et bien sûr je me suis amélioré de beaucoup en informatique.

Animateur populaire, Gatineau (Hull)

Le travail d’animateur avec Communautique fut une expérience tout à fait extraordinaire et positive sur tous les points. Dès le départ je me suis retrouvé avec deux confrères, avec qui la communication fut excellente. Nous avons élaboré des plans de cours, un site Internet, et nous nous sommes jamais gênés pour se demander de l’aide. À mes points d’accès, l’accueil fut merveilleux et nous avons senti que le projet Communautique était très attendu par la population du Saguenay.

Personnellement, dans le but de faire de la promotion, je me suis retrouvé avec une chronique informatique toutes les semaines dans une des stations de radio très écoutée dans la région et cette expérience a été très enrichissante.

Le contact avec les participants fut quelque chose de très spécial. Avant le projet, je croyais naïvement que les personnes âgées n’avaient aucun talent pour l’informatique. Et bien je me suis carrément et heureusement mis le doigt dans l’œil et jusqu’au coude!! Plusieurs d’entre eux sont revenus aux ateliers plusieurs fois et souvent avec des questions précises et complexes. Cela m’a permis de me dépasser en cherchant plus fort à travers certains sites et livres pour trouver réponse à leurs questions. Aussi, je ressens beaucoup de satisfaction lorsque je vois un participant qui n’a jamais touché à un ordinateur être capable de faire seul et sans aide des recherches sur Internet ou d’envoyer des courriels à ses proches. Il y a pas beaucoup de métiers qui puissent me procurer ce feeling.

Je suis très déçu que tout cela se termine. Ce projet devrait avoir sa permanence dû à son succès. Mais cependant, après un an d’expérience, je suis nettement mieux préparé pour mon avenir. J’ai fait une job très gratifiante, mon CV s’est amélioré de 250% et j’ai acquis une bien meilleure confiance en moi.

Animateur populaire, Chicoutimi

Je n’aurais jamais cru que j’allais autant aimer enseigner. Certaines personnes m’ont déjà dit qu’elles refusaient d’aller à la bibliothèque ou ailleurs pour utiliser un ordinateur, de peur que d’autres personnes ne se rendent compte de leur incompétence. Je crois que nous changeons réellement la vie de ces personnes en leur apportant des connaissances qu’elles n’auraient probablement jamais pu acquérir sans notre aide. Nous apportons à ces personnes une chance qu’elles n’ont jamais eu, car le cours que nous offrons est gratuit. Les conseils que nous apportons aux participants sont très précieux au niveau de l’utilisation d’Internet, mais aussi en matière d’achat de leur équipement.

L’intérêt de la population pour les cours que nous avons offerts s’est vu augmenté à une vitesse incroyable, même qu’il serait très surprenant que nous puissions combler la demande en une seule année. Il serait dommage que nous laissions tout ce monde, intéressé d’apprendre, sur son appétit…

Nos participants parlent du projet à leurs amis, leur famille ou leurs collègues de travail en nous référant comme étant d’excellents professeurs qui sont intéressants, patients et compréhensifs. Car, en un an, nous avons développé des trucs pour enseigner, nous avons appris à vulgariser pour simplifier le langage informatique et le plus important, à travailler notre patience en comprenant qu’on ne commence pas expert. Donc, le projet m’a apporté beaucoup, tant au niveau professionnel que personnel, il m’a permis de rencontrer toute sorte de monde plus intéressants les uns que les autres. Il serait vraiment dommage de ne pas continuer dans cette direction afin que l’expérience acquise permette d’apporter de nouvelles idées et des cours encore plus intéressants, et ce, dans le but d’initier la population le plus efficacement et rapidement possible.

Animateur populaire, ville Saguenay (Chicoutimi, La Baie)

2017-03-06T21:27:49+00:00