Volume 5, numéro 1, Septembre 2002

Ce numéro du bulletin CommInfo présente une initiative majeure lancée par Communautique à l’hiver 2002, soit un projet de plateforme québécoise de l’Internet citoyen. Avec ce projet, Communautique souhaite faire progresser la reconnaissance des efforts déployés à travers la province. De nombreuses expériences démontrent en effet tout le potentiel des technologies de l’information et de la communication (TIC), tant pour la population en termes de création de solidarité et de participation à la vie sociale que pour les organismes participant au renforcement de la citoyenneté et à la lutte contre l’exclusion au moyen de l’usage des TIC.

Tous les organismes concernés par cet enjeu ont été invités à participer et à enrichir le projet qui, fort de ces appuis et de ces contributions, servira de levier à la reconnaissance de l’Internet citoyen au Québec et des acteurs au cœur de son développement. Deux rencontres ont été organisées, l’une à Québec (mai 2002) et l’autre à Montréal (juin 2002), afin de soumettre à la discussion l’avant-projet de plateforme préparé par Communautique. Ce projet suit donc un processus évolutif qui culminera particulièrement dans le cadre de la rencontre internationale GlobalCN 2002 prévue à Montréal en octobre prochain.

Sommaire:

  • Un processus en évolution
  • Une double démarche
  • Les rencontres de mai et juin : un franc succès !
  • Retombées des rencontres de Montréal et de Québec
  • Synthèse des commentaires recueillis
  • Une suite vivement attendue et déjà amorcée

Un processus en évolution

En mai 2001, Communautique réalisait une série de trois rencontres à Montréal, Québec et Trois-Rivières afin de diffuser et soumettre à la discussion les résultats d’une vaste enquête menée auprès de plus de 450 groupes communautaires à travers le Québec. Cette enquête visait à faire le point sur l’état de l’appropriation des TIC par les groupes communautaires. Les rencontres de mai 2001 ont permis à certains de découvrir de nouvelles expériences d’utilisation des TIC par le milieu communautaire ; d’autres ont pu faire part des difficultés rencontrées, des enjeux et des moyens à mettre en place pour faciliter le développement de nouvelles pratiques et d’une appropriation plus large des TIC . Les discussions s’étaient conclues, entre autres, sur l’importance de poursuivre la diffusion des utilisations novatrices des TIC par les groupes afin d’en démontrer toute l’originalité et la pertinence pour les populations rejointes par les groupes. L’idée de se doter d’une plateforme qui rassemblerait les principaux enjeux et les conditions nécessaires au développement de l’Internet citoyen, social ou communautaire au Québec a également été soulevée. Ces conclusions ont guidé Communautique et l’ont conduit à proposer un avant-projet de plateforme à ses membres lors de son assemblée générale en février 2002. En raison des objectifs qui l’inspirent, ce projet se veut rassembleur et mobilisateur. Il se situe dans la foulée d’un vaste mouvement qui mobilise la société civile à travers le monde afin que les TIC soient mises à contribution pour bâtir une « société du savoir » démocratique prenant appui sur une participation active de tous les citoyens et citoyennes, au Nord comme au Sud. Dans cette perspective, nous situons les enjeux démocratiques liés au déploiement de l’Internet citoyen au centre du développement économique et social de cette société qui sera marquée, nous le souhaitons, par la participation, la diversité, la solidarité et l’innovation sociale.

Nos objectifs :

Définir l’Internet citoyen, cerner les enjeux liés à son développement et les conditions qui lui sont nécessaires, répondre à la volonté exprimée par les groupes et faire progresser la reconnaissance des efforts déployés à travers le Québec afin de développer un Internet qui contribuera à renforcer l’exercice de la citoyenneté tout en contrant les risques d’exclusion liés à la fracture numérique.

Une double démarche

En parallèle à l’avant-projet de Plateforme québécoise de l’Internet citoyen, Communautique a réalisé une trentaine d’entrevues auprès d’organismes du Québec afin de rassembler des récits d’expériences novatrices d’utilisation des TIC à des fins citoyennes. Les résultats de cette double démarche ont été présentés lors des rencontres du printemps 2002 à Québec et à Montréal.

Le monde communautaire et Internet : tout un monde d’innovations!

La présentation du projet de Plateforme québécoise de l’Internet citoyen s’est accompagnée de la diffusion des résultats d’une recherche menée par Communautique afin de promouvoir l’originalité, la créativité, l’ampleur et la qualité des réalisations des organismes du Québec. Mentionnons que, parmi ces réalisations, nombreuses sont celles qui résultent de collaborations entre organisations d’une même région, de tout le Québec ou encore, de divers pays. Branchés sur leur milieu, sur les besoins des gens les plus marginalisés et s’appuyant sur une expertise acquise au fil du temps en éducation populaire et en action communautaire, les groupes ont trouvé mille et une façons d’intégrer les TIC à leurs pratiques. Ces expériences ont été rassemblées dans un recueil de récits lancé officiellement le 6 juin dernier.

Les rencontres de mai et juin : un franc succès !

L’objectif des rencontres consistait à soumettre à la discussion le projet de Plateforme québécoise de l’Internet citoyen afin de recueillir les commentaires et suggestions d’ajouts au texte préliminaire. Ces rencontres devaient également servir à évaluer le degré d’intérêt des organismes participants à poursuivre la démarche initiée par Communautique dans leurs propres réseaux. Soulignons que les participantes et participants aux rencontres de Montréal et de Québec étaient fort différents les uns des autres du point de vue de leur niveau d’appropriation des enjeux et des préoccupations reliés aux TIC. En tout, quatre-vingt personnes représentant plus de cinquante organismes oeuvrant dans plusieurs secteurs d’intervention ont pris part aux discussions. Nous y avons rencontré des gens œuvrant, entre autres, en alphabétisation, en éducation populaire, en développement local et régional, en environnement, auprès des jeunes, des familles, des personnes handicapées, des personnes itinérantes, des femmes et des personnes âgées et ce, dans plusieurs régions du Québec. Étaient également présents des centres communautaires et de loisirs. Enfin, mentionnons la forte participation à Montréal des médias communautaires.

Certains venaient se sensibiliser, s’informer et prendre contact avec ces questions. D’autres, davantage dans la pratique ou bénévoles dans des centres d’accès communautaires, venaient surtout pour échanger sur leurs besoins et leur situation. D’autres, davantage militants, souhaitaient une approche plus politique notamment en ce qui a trait à la question du logiciel libre ou de l’arrimage avec d’autres plateformes internationales. D’autres encore la souhaitent inclusive de toutes les couches de la population. Certains étaient particulièrement préoccupés par les moyens à mettre en place. D’autres trouvaient le projet très adéquat dans sa forme actuelle. Les prochaines actions de Communautique et les suites envisagées dans le cadre de la Plateforme québécoise devront ainsi tenir compte de cette modulation très diversifiée dans les niveaux d’appropriation des enjeux et des TIC ainsi que de ce large éventail de points de vue.

Ainsi, les personnes présentes ont pu s’exprimer, en ateliers et en plénières, sur l’angle proposé par Communautique relativement au développement de l’Internet citoyen au Québec à travers la présentation de certaines données illustrant la fracture numérique. L’impact des interventions publiques des gouvernements provincial et fédéral, le rôle du milieu communautaire face à l’Internet citoyen et les conditions nécessaires à son développement ont également fait partie des thématiques abordées en vue d’animer les discussions.

Retombées des rencontres de Montréal et de Québec

L’initiative prise par Communautique de proposer cette plateforme québécoise de l’Internet citoyen a été appréciée. Communautique se voit ainsi reconnu par ses pairs, et ce, également comme porteur des préoccupations relatives aux politiques publiques auprès des instances gouvernementales.

Une majorité de participantes et participants des groupes semblaient prêts à épouser et appuyer d’emblée cette proposition de plateforme. Mentionnons l’intérêt de mettre sur pied une table de concertation régionale sur les nouvelles technologies qui s’est manifesté à Québec. Un organisme en alphabétisation de la région a également formulé le souhait de créer un comité sur l’accès local.

Synthèse des commentaires recueillis

La « fracture numérique » et ses enjeux pour le développement de l’Internet citoyen

À partir d’enquêtes publiées en décembre 2001 et en janvier 2002 par l’Institut de la statistique du Québec et le CEFRIO, les participantes et participants ont pris connaissance de certaines données illustrant le développement très inégal de l’accès aux TIC. Les populations les moins branchées sont, plus que jamais, celles à faibles revenus, les moins scolarisées et les plus âgées. Les données présentées illustraient également les écarts persistants entre hommes et femmes.

Principaux commentaires :

  • Importance de placer l’accessibilité des TIC pour les personnes handicapées comme un enjeu majeur.
  • Retenir les écarts entre les milieux ruraux et urbains dans la définition de l’exclusion aux TIC.
  • Inclure des données sur l’accès des groupes communautaires aux TIC afin de mettre en évidence les défis quotidiens rencontrés par les groupes.
  • Certains sont préoccupés par l’augmentation des contenus payants sur Internet, ce qui marginalise davantage les personnes démunies.

Les embûches au développement de l’Internet citoyen

Parmi les obstacles identifiés dans le projet de Plateforme figurent le manque d’équipements, de formation et de ressources techniques. On met aussi en évidence les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre d’une véritable appropriation sociale des TIC par l’accès et le développement de contenus répondant aux besoins de la population et des organismes.

Principaux commentaires :

  • Les problématiques particulières aux organismes et aux différentes populations démontrent toute l’importance de poursuivre le travail d’identification des besoins en matière d’accessibilité des nouvelles technologies pour les personnes démunies. C’est à cette condition qu’Internet peut constituer un véritable outil au service des groupes et des populations qu’ils rejoignent.
  • Plusieurs sont sensibles à l’importance des réseaux d’éch