Visionner la version PDF

Crédits

Coordination : Alexandre Enkerli

Rédaction : Alexandre Enkerli

Révision du rapport : Monique Chartrand

L’équipe du projet comprend les personnes suivantes, associées à l’UCFO, Communautique ou à FFunction :

  • Guylaine Leclerc, UCFO
  • Diane Bondu, UCFO
  • Dinah Ener, UCFO
  • Monique Chartrand, Communautique
  • Emiliano Bazan Montanez, Communautique
  • Alexandre Enkerli, Communautique
  • Sébastien Pierre, FFunction
  • Raed Al-Fateh, FFunction
  • Audrée Lapierre, FFunction

La démarche de recherche qui fait l’objet du présent rapport a été effectuée par Emiliano Bazan Montanez, porteur du projet, et Alexandre Enkerli, chercheur associé.

I.Avant-propos

 

I.Avant-propos

Financé par le Fonds interactif du Canada (FIC) de Patrimoine canadien, le projet ARTNET vise la transmission des connaissances artisanales par les membres actives de l’Union culturelle des Franco-Ontariennes (UCFO). Le projet se concentre sur le développement d’une plateforme Web de collaboration, de partage et de traitement de vidéos spécialisés en artisanat.

Si la création de cette plateforme constitue la contribution majeure de l’équipe de ce projet, c’est l’appropriation de cette plateforme par les membres de l’Union culturelle qui en constitue la trame. Le présent rapport porte sur ce processus d’appropriation. Il est le résultat d’une démarche de recherche ethnographique effectuée en parallèle avec le développement technologique au coeur du projet.

 

II.  Méthodologie

La présente recherche fut réalisée selon des principes méthodologiques liés au travail ethnographique sur le terrain. Des séances d’observation-participante ont été effectuées parmi des membres de l’UCFO. Ces séances ont eu lieu lors de l’assemblée générale annuelle (AGA) de l’Union culturelle ainsi que lors d’événements organisés dans le cadre du projet ArtNet : rencontres de travail, ateliers et entretiens focalisés.

Par ailleurs, des entrevues semi-dirigées ont été réalisées avec quatre artisanes, provenant chacune d’une dessix régions représentées à l’Union culturelle. Ces entrevues ont été filmées et des extraits ont été montés sous forme de capsules vidéos présentant des portraits de ces artisanes. Trois de ces capsules vidéos ont été présentées à un groupe de participantes et ont permis de situer certains aspects du projet. Ces capsules seront disponibles sur la plateforme et devraient stimuler de nouvelles contributions au site.

 

III.  Terminologie et conventions

Plateforme : Le terme « plateforme » est utilisé pour désigner l’outil Internet qui constitue le but premier du projet. Il s’agit d’un site Web (artnet.unionculturelle.ca), d’outils qui lui sont associés et de l’infrastructure technologique qui le rend possible. Cette plateforme est le fruit d’une collaboration entre Communautique, organisme communautaire visant l’appropriation technologique, et FFunction, inc., studio de développement Web spécialisé en conception médiatique (« information design »).

Recherche : La création de cette plateforme constitue le but principal du projet ArtNet. Le présent rapport porte sur une recherche ethnographique à propos de l’appropriation de cette plateforme et des usages innovants qui encadrent la démarche d’appropriation.

Féminin : Puisque ce rapport porte sur un organisme constitué exclusivement de femmes, le féminin est privilégié dans ce texte.

Union culturelle : Le terme « Union culturelle » et le sigle UCF♀ sont tous deux utilisés pour désigner l’Union culturelle des Franco-Ontariennes. Ces usages sont fréquents au sein de l’organisme. L’acronyme de l’organisme est prononcé avec un ‘o’ final mais le sigle fut adopté pour distinguer l’Union culturelle de l’Union des cultivateurs franco-ontariens.

Coopérative : La Coopérative des artisanes de l’UCFO Inc. (la « Coopérative ») constitue un élément central du projet ArtNet. Cette Coopérative a servi de contexte privilégié pour diverses activités liées au projet et les membres de la Coopérative ont un statut particulier pour le projet. Toutefois, le projet et la plateforme qui en résulte s’adressent à l’Union culturelle dans son ensemble. Certaines artisanes sont membres de l’Union culturelle sans faire partie de la Coopérative. L’une d’entre elles, Ida Comeau, figure d’ailleurs parmi les participantes les plus actives du projet. Si la Coopérative est le « cœur » du projet, c’est l’UCF♀ dans son ensemble qui donne au projet et à la plateforme qui en résulte toute leur importance.

Membre : Le terme « membre » est appliqué à toutes les femmes qui font ou qui ont fait partie de l’Union culturelle des Franco-Ontariennes. Le projet ArtNet a pour but de bénéficier aux membres actives de l’UCF♀ mais la démarche de recherche n’exclue pas les anciennes membres. Par respect pour l’usage établi dans ce contexte, ce terme est utilisé au féminin tout au long du présent texte.

Participante : Dans le contexte du projet, une « participante » est une membre qui a contribué au projet d’une façon ou d’une autre. Un groupe d’une dizaine de membres actives a été constitué pour servir de cœur au projet. Ces femmes ont une importance particulière pour le projet et le présent rapport leur est grandement redevable. Le groupe formé par ces participantes n’est pas considéré comme représentatif de l’Union culturelle dans son ensemble ou même de la Coopérative décrite plus haut. Au lieu d’un échantillon aléatoire de la population concernée par le projet, ce groupe met en présence quelques-unes des membres les plus motivées par le projet. D’autre part, puisque plusieurs autres membres étaient présentes à l’Assemblée générale annuelle (AGA) de l’UCF♀, un nombre élargi de personnes a pu participer à la présente recherche.

Portraits : Les participantes suivantes, issues de quatre des six régions de l’UCF♀, ont été filmées :

  • Madeleine Chabot, de Clarence Creek (région de Prescott-Glengarry-Cornwall)
  • Ida Comeau, de Sturgeon Falls (région de Sudbury-Nipissing)
  • Madeleine Paquette, de Kapuskasing (région Cochrane-Kapuskasing-Hearst)
  • Pierrette Ravary, de Casselman (région de Russell-Carleton-Stormont)

Quelques-uns de leurs propos sont rapportés textuellement ici. Il convient donc de leur attribuer directement le crédit qui leur est dû.

Appropriation technologique : Le principe de l’appropriation technologique constitue le cœur du projet et sera décrit tout au long de ce texte. Lié à l’innovation, ce principe implique l’intégration d’outils à la vie des personnes qui se servent de cette technologie.

Usagère : Les termes « utilisatrice » et « usagère » sont distincts bien qu’ils puissent, l’un comme l’autre,désigner des personnes qui se servent d’un outil. La nuance entre ces deux termes est plutôt subtile mais elle concerne la différence qui peut exister entre l’utilisation d’un outil pour accomplir une tâche spécifique et l’usage d’un outil au sein d’une pratique technologique plus vaste. La progression, de l’utilisation vers l’usage, est associée à une appropriation technologique accrue.

 

IV.  Contexte

4.1 Origines de l’Union culturelle

Formée en 1947, l’Union culturelle des Franco-Ontariennes remplit plusieurs rôles auprès de populations diverses à travers la province.

Plusieurs participantes ont décrit les origines et le développement de l’UCFO en lien avec d’autres organismes. D’une part, l’UCFO s’est développée comme pendant féminin de l’Union des cultivateurs franco-ontariens, organisme qui fut incorporé peu de temps avant la fondation de l’UCFO. Ainsi, la condition féminine est au cœu